Le cavalier mongol

Pièce de cavalier mongol dans un jeu d’échecs mongols au Nationalmuseet, à Copenhague, Danemark – Popolon / CC BY-SA

Il y a quelques semaine était diffusé sur Arte Le cavalier mongol, un documentaire qui a particulièrement plu à une de nos bibliothécaires.

Réalisé par Hamid Sardar, ce film emporte son public dans une véritable aventure, nous invitant à suivre un cavalier prêt à tout pour défendre les chevaux au milieu d’un région complexe et méconnue du grand public.

En Mongolie, dans les steppes du Darhat, un cavalier héroïque se lance à la poursuite de voleurs de chevaux. Dans des décors naturels époustouflants, un documentaire épique aux allures de western oriental.

Une heure et demi de liberté à galoper dans les steppes balayées par les vents, évasion bienvenue (et instructive) en période de confinement !

Le cavalier mongol (image extraite du film)

Ce film est disponible en vidéo à la demande (VoD) sur la Médiathèque numérique (après identification via le portail de l’université : ubxm.fr/vod).

Entretien avec Hamid Sardar

J’ai voulu mettre en scène une épopée humaine afin de nous permettre de rêver, de nous identifier à ces bergers, chamans et chasseurs, et de nous donner envie de protéger cette culture et cette nature.

Retrouvez un entretien avec le réalisateur sur le site de la Médiathèque numérique (propos recueilli par Laure Naimski) : https://vod.mediatheque-numerique.com/article/epopee-dans-la-taiga

Un documentaire primé

Le cavalier mongol a été récompensé à l’automne 2019 par le Grand Prix du Festival lors de la 16e édition du Festival International du Film & Livre d’Aventure de La Rochelle.

Merci à Cécile K. pour sa contribution ! 🙂

Le festival international du film d’Histoire de Pessac

Caméra Ciné-Kodak Special II 16mm - Frank Gosebruch (CC-BY-SA)
Caméra Ciné-Kodak Special II 16mm – Frank Gosebruch (CC-BY-SA)

Comme tous les ans depuis 1990, depuis lundi et jusqu’au 26 novembre a lieu le festival international du film d’Histoire de Pessac. Cette année, ce sont plusieurs dizaines de films qui sont proposés sur le thème : « Les années 70, le grand tournant ». Vous trouverez sur le site du festival la grille complète de la programmation.

Si vous n’arrivez pas à concilier votre agenda et le programme du festival vous pourrez toujours vous consoler avec des documentaires primés au festival les années précédentes et disponibles dans les BU :

  • Tous au Larzac de Christian Rouaud (prix du jury 2011, catégorie documentaire)
  • Les arrivants de Claudine Bories et Patrice Chagnard (prix lycéen 2010, catégorie documentaire)
  • Vaincre de Marco Bellocchio (prix du jury 2009, catégorie fiction)
  • Et puis les touristes de Robert Thalheim (prix du jury 2007, catégorie fiction)

Bon film !

Fragments d’une révolution

Ce film, primé dans huit festivals, présente de manière originale les élections en Iran en 2009. Il confronte la présentation des médias officiels avec celle des personnes qui ont filmées l’évènement à travers leur téléphone portable.

Un montage réalisé en Aquitaine, un film anonyme, présenté par Fabrice Marache le mardi 20 novembre à 17 heures à la BU lettres.

Fragments d’une révolution … un film qui ne laisse personne indifférent.Image

Jacques Ellul, l’homme entier

Jacques Ellul, un  bordelais que l’on n’ose plus présenter… enfin si, pour vous inviter à le rencontrer à travers le documentaire de Serge Steyer.

Professeur d’histoire du droit, sociologue et théologien protestant, Jacques Ellul est un penseur de la technologie, du politique, des idées à la mode, de la communication, de l’art contemporain, de la révolution, de la pensée de Marx, de la foi… plus de 60 livres et quelques centaines d’articles pour exprimer sa pensée, la plupart traduits à l’étranger .

Jacques Ellul disait de son oeuvre qu’elle est entièrement centrée sur la liberté.

Venez le (re)découvrir à travers un documentaire projeté à la BU lettres, le 8 novembre à 17h. Le réalisateur sera là ainsi qu’un doctorant de l’université de Bordeaux 3, pour nous présenter un homme profondement engagé dans son temps.

Dans le cadre du mois du film documentaire, ce film inaugure une série de 5 films, projetés à la BU lettres et à l’IUT, accompagnés, toujours, par leur réalisateur ou  producteur