Le dialogue muet entre l’homme et la nature

La calligraphie est un élément représentatif de l’art arabe. Elle peut refléter le sacré, mais aussi la vie de tous les jours. On peut la lier aux images et aux activités les plus quotidiennes.

A partir du 18 mars, à la bibliothèque LE-LEA, vous pourrez admirer plusieurs œuvres de l’enseignante de calligraphie arabe, Fatima Khelef, et des étudiants de son atelier. Les images exposées ont pour thème « La nature ».

La chose la plus belle dans la nature est ce dialogue muet, magique, coloré et transformé en une succession de jours loin des mains de l’homme qui détruit cette nature. Mais si l’homme veut participer à la préservation de cette beauté, il faudrait qu’il partage son silence et contemple son calme, dans le cycle de la vie et de la mort.

Fatima Khelef

Vous y pouvez également consulter une sélection de livres permettant d’apprendre et de comprendre cet art de la belle écriture qui reflète la pensée.

Calligraphiearabe_exposition_WEB

Calligraphier l’invisible et l’indicible

« Le ciseau du sculpteur libère la jeune fille, l’athlète ou le cheval du bloc de marbre. De même les signes sont tous prisonniers de l’encre et de l’encrier. Le calame les en libère et les lâche sur la page. La calligraphie est libération » dit Michel Tournier dans son roman La goutte d’or.

Aujourd’hui nous avons l’occasion de mieux connaitre cet art subtil : à partir de 10h00 Fatima Khelef et son groupe d’étudiants exposent leurs œuvres de calligraphie arabe dans le hall de l’administration de l’Université Bordeaux Montaigne.

Ensuite, cette exposition va se déplacer dans la bibliothèque LE-LEA où vous pouvez également consulter une sélection des livres sur cette « expression plastique née de l’interdit de la représentation du Dieu. »*

Fatima Khelef

*Calligraphie arabe : dans le sillon du calame / Lassaâd Métoui ; préf. Jack Lang, 1998, p. 5.