Le dialogue muet entre l’homme et la nature

La calligraphie est un élément représentatif de l’art arabe. Elle peut refléter le sacré, mais aussi la vie de tous les jours. On peut la lier aux images et aux activités les plus quotidiennes.

A partir du 18 mars, à la bibliothèque LE-LEA, vous pourrez admirer plusieurs œuvres de l’enseignante de calligraphie arabe, Fatima Khelef, et des étudiants de son atelier. Les images exposées ont pour thème « La nature ».

La chose la plus belle dans la nature est ce dialogue muet, magique, coloré et transformé en une succession de jours loin des mains de l’homme qui détruit cette nature. Mais si l’homme veut participer à la préservation de cette beauté, il faudrait qu’il partage son silence et contemple son calme, dans le cycle de la vie et de la mort.

Fatima Khelef

Vous y pouvez également consulter une sélection de livres permettant d’apprendre et de comprendre cet art de la belle écriture qui reflète la pensée.

Calligraphiearabe_exposition_WEB

L’émoi de mai : 1968-2018 (épilogue)

Il y a quelques semaines s’achevait « L’émoi de mai : 1968-2018 » :
petite rétrospective en tweets et en images !

Tout au long du mois de mai (2018), dans le cadre des commémorations nationales des 50 ans de Mai 68 et plus spécifiquement celles de l’Université Bordeaux Montaigne, les BU vous ont proposé un ensemble de conférences, projections et expositions en accès libre et ouvert à tou·te·s.

Dès le 22 mars, nous avions teasé avec une petite vidéo. Pourquoi le 22 mars ? Réponse ci-dessous…

 

En mai donc, un demi-siècle après les événements qui ont enflammé les universités, et au-delà toute la société française, européenne et occidentale, les bibliothèques de l’Université Bordeaux Montaigne vous ont convié à revivre – un peu – l’émoi de mai. L’occasion pour toutes et tous de plonger dans les collections de revues, livres et films de plusieurs bibliothèques de l’Université (BU Lettres et Sciences humaines, bibliothèque Élie Vinet, bibliothèque LE-LEA et la bibliothèque de géographie-cartothèque).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parmi les documents mis en avant, citons :

Exposées dans le couloir desservant la salle audiovisuelle de la BU Lettres et Sciences humaines, des reproductions d’affiches d’étudiant·e·s bordelais·e·s ainsi qu’une sélection d’affiches iconiques réalisées par l’Atelier Populaire des Beaux-Arts.

Et en guest-star, tout droit (re)venue du Musée d’Aquitaine et inaugurant notre compte Instagram : Athéna dite « Pallas de Velletri » et ses larmes noires…

Nous vous avons même offert l’occasion de donner la parole aux « murs » (et de vous exprimer ouvertement) :

Commémorer Mai 68 ne saurait poser des questions sur le positionnement historiographique de tels évènements. Par delà les polémiques, il n’en demeure pas moins que Mai 68 marque une rupture dans la politique française. Les différentes interventions programmées dans le cadre de « L’émoi de mai : 1968-2018 » participaient de ce même intérêt : apporter un œil critique, historique ou esthétique, sur Mai 68.

#LÉmoiDeMai n°1 et l’inauguration tant attendue :

#LÉmoiDeMai n°2 :

#LÉmoiDeMai n°3 :

Et pour conclure, #LÉmoiDeMai n°4 : l’avant-première de « À chacun son Mai », un documentaire sur le mouvement de Mai 68 en Dordogne, en présence des réalisateurs Manuel Senut et Vincent Tejero, diplômés du master Documentaires et Archives de l’Université Bordeaux Montaigne

 

 

7e édition du festival Soirées Du Cinéma Russe de Bordeaux

A partir d’aujourd’hui et jusqu’au 4 décembre l’Association Slave de l’Université Bordeaux Montaigne vous invite à la 7e édition du festival Soirées Du Cinéma Russe de Bordeaux.

Le programme propose 33 films de tous les genres, pour tous les goûts et tous les âges. Les séances seront accompagnées de débats, de rencontres avec des artistes et cinéastes. Pour découvrir l’histoire du cinéma russe dans toute sa diversités vous pouvez emprunter les livres sur le cinéma russe à la bibliothèque LE-LEA ainsi que les films des réalisateurs russes à la BU de Lettres et Sciences humaines.

Cinérusse

Design japonais

Le jeudi 20 mars 2014 à 16h30 ( amphi 700) l’Université Bordeaux Montaigne reçoit le Professeur Hitoshi Mori, historien du design japonais à l’Université des Arts appliqués de Kanazawa (Japon) qui fera une conférence sur le Design japonais.

Après la fin de la seconde guerre mondiale, le design au Japon se développe en tant que moyen de promotion des produits exportés, au point que le gouvernement prend une série de mesures pour inciter les fabricants à faire du design. Jusqu’en 1960, le Japon importe savoir-faire et techniques de production du monde occidental. A partir des années 60 les designers japonais font du design un art particulier en réunissant les technologies modernes avec les techniques traditionnelles artisanales et culturelles, comme le pliage du papier pour les emballages et l’utilisation du bambou et du bois. II en résulte un design unique qui symbolise l’avènement du Japon en tant que pays industrialisé.

Pour cette occasion la bibliothèque LE-LEA propose une exposition sur le design japonais avec une sélection d’ ouvrages que vous pouvez emprunter.

Image

Ayna ou le miroir des magiciens du verbe turc

Ayna_image       Ayna est bien plus qu’une « Revue numérique de poésie contemporaine turque ».

  Elle réfléchit, avec passion, l’âme de la poésie turque. Elle décline, avec érudition, biographies et bibliographies. Elle fouille et touille, sans discrétion, dans les convictions intellectuelles des poètes turcs contemporains. Elle célèbre la langue turque et nous la révèle en traduction, grâce à des documents écrits ou sonores.Turkish_saz03

     Claire Lajus, créatrice de cette revue numérique bilingue, viendra nous la présenter le mardi 22 octobre à 17h30 à la Bibliothèque LE-LEA. Tous nos sens sont conviés : lectures de poèmes en turc et en français au son du saz, accompagnées de spécialités culinaires turques.

Sizi memnuniyetle ağırlayacağız

(nous vous accueillerons avec plaisir)