Le Nouveau Monde à l’époque de Montaigne : autour de l’Histoire générale des Indes de Francisco López de Gómara

C’est dans ce refuge [sa bibliothèque], qui était en même temps un observatoire, que [Montaigne] lut les relations des voyageurs français au Brésil […] mais aussi les chroniqueurs espagnols […].

Frank Lestringant, Le Brésil de Montaigne, p. 11-12

L’Histoire générale des Indes de Francisco López de Gómara parait en 1552 à Saragosse dans l’atelier d’Agustín Millán. La première partie est une chronique de la découverte et de la conquête de l’Amérique de Christophe Colomb à Francisco Pizarro, et la seconde concerne la conquête du Mexique mais elle est surtout conçue comme une biographie du conquistador Herman Cortés.

C’est un succès et l’ouvrage est à nouveau édité l’année suivante à deux reprises en Espagne. Malgré une ordonnance royale d’interdiction, suivront très rapidement en 1554 une autre édition saragossane et trois anversoises.

Il s’agit des dernières versions espagnoles avant le XVIIIe siècle, car la censure est virulente : pour accéder au texte, il faudra désormais le lire en italien, en français ou en anglais (sur ce point, voir aussi : Christian Duverger, Cortés et son double, p. 63-64) !

Cet ouvrage du XVIe siècle est actuellement exposé à la bibliothèque Lettres et Sciences humaines (3e étage) à l’occasion du Moi(s) Montaigne.

Le Livre de la Quinzaine – Roberto Bolaño, 2666

Le Livre de la Quinzaine – Roberto Bonaño, 2666

Tous les 15 jours, découvrez « Le Livre de la Quinzaine » sélectionné et présenté pour vous par un·e bibliothécaire des BU de Bordeaux Montaigne.

Roberto Bolaño, 2666

Difficile de dire ce qui constitue le fil principal de l’intrigue de ce roman-fleuve. Un élément revient cependant toujours : la ville fictive de Santa Teresa, lieu où sont découverts, régulièrement depuis 1993, des centaines de cadavres de femmes, assassinées et jetées dans le désert, à la limite du Mexique et du Texas.

2666 fait sentir la folle attraction de la frontière, où se croisent enquêteurs, trafiquants, journalistes, et toutes sortes de personnages curieux. C’est là le pendant réaliste du roman : montrer les espoirs et la misère qui gravitent autour de ce point névralgique. Mais la frontière et le désert sont aussi les lieux du fantasme, de l’étrange, de l’onirique. Bolaño est aussi l’héritier de Borges et du surréalisme.

2666, avec l’ambiance apocalyptique qu’il parvient à créer, est une méditation sur l’Histoire, sur le mal, sur la mort. Semblant reprendre les codes du roman noir, le roman glisse souvent néanmoins vers le comique ou encore le fantastique. Voyage au cœur de la condition humaine et de la littérature elle-même, 2666 est le projet le plus ambitieux de son auteur, et peut-être même de la littérature sud-américaine récente.

Nous vous invitons à découvrir ce roman en version française, mais aussi en version originale espagnole…

Bonne lecture (et bonne fin de semestre pour certain·e·s) !

Cartes d’Amérique du Sud

Du sud, méridionale, mais aussi latine, cette moitié de l’Amérique est le sujet de l’exposition de cartes organisée à la Bibliothèque de géographie-Cartothèque, du 1er au 31 mars.

L’exposition est composée de cartes thématiques concernant l’ensemble du sous-continent, mais aussi de cartes, récentes ou non, des États qui composent l’Amérique du sud, comme par exemple cette carte de l’Uruguay.

Du lac de Maracaibo jusqu’au Cap Horn, des sommets andins jusqu’à l’embouchure de l’Amazone, peut être y trouverez-vous votre Eldorado…