Septembre 2018 : une coalition européenne pour la Science Ouverte !

Tous les mois, les BU de l’Université Bordeaux Montaigne envoient à ses abonnés la « newsletter Open Access » qui revient sur les actualités du libre accès du mois écoulé à travers une courte sélection thématisée avec soin par vos bibliothécaires. Pour être certain de la recevoir directement dans votre boîte mail, abonnez-vous ! : http://eepurl.com/bR0O3H

Septembre 2018 : une coalition européenne pour la Science Ouverte !

La cOAlition S se présente comme le rassemblement de treize agences de financement de la recherche européenne autour de dix principes fondamentaux de la science ouverte. Parmi ces principes, on retiendra particulièrement le premier : à compter de 2020, toute publication de recherche financée par des institutions européennes devra être librement accessible, soit dans une revue en libre accès, soit par une archive ouverte.

https://www.scienceeurope.org/coalition-s/

En France, l’Agence Nationale de la Recherche est signataire du Plan S et a, en conséquence, intégré de nouvelles dispositions dans son appel 2019 : les publications issues des projets financés devront être déposés en archive ouverte, et un plan de gestion de données devra témoigner de la volonté des chercheurs à partager leur recherche. En parallèle, l’ANR a signé la déclaration de San Francisco par laquelle elle s’engage à réviser ses pratiques d’évaluation de la production scientifique.

http://www.agence-nationale-recherche.fr/PA2019

http://www.agence-nationale-recherche.fr/informations/actualites/detail/lanr-signataire-de-la-declaration-de-san-francisco-sur-levaluation-de-la-recherche/

La particularité de la déclaration cOAlition S par rapport à d’autres actions similaires est d’être assez offensive à l’encontre des modèles alternatifs prônés par les éditeurs, dont le modèle dit « hybride » (des revues où seulement une partie est en libre accès) et, dans une moindre mesure, le modèle auteur-payeur et le principe d’embargo. Le Plan S appelle ainsi à une normalisation et une transparence des frais de publication du modèle auteur-payeur, ainsi qu’à la non-exclusivité de la cession des droits de diffusion par les chercheurs à l’éditeur, notamment via l’usage de licences libres, pour permettre un dépôt en archive ouverte immédiat. Cette dimension plus radicale que d’ordinaire (même si elle ne va pas jusqu’à déconseiller l’usage du modèle auteur-payeur, pourtant controversé) est critiquée par des représentants d’éditeurs, dont l’Association internationale des éditeurs scientifiques, techniques et médicaux qui craignent que 85% des revues actuelles du domaine ne se trouvent ostracisées. Mais c’est précisément pour contrer le monopole de certains éditeurs internationaux que le plan a été conçu. Un récent article du monde (accès abonné) témoigne de ces débats.

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/09/16/le-plan-qui-fait-trembler-les-revues-scientifiques_5355916_1650684.html

Certains chercheurs voient aussi dans les annonces du Plan S, qui les obligerait, via les financeurs, à adopter certaines pratiques de publication plutôt que d’autres, une rupture du principe de liberté académique. En France, l’Académie des Sciences, tout en annonçant soutenir le principe du libre accès au moins sur le plan politique, met en garde contre le risque, théorique, d’une réduction des processus d’expertise avant publication.

http://www.academie-sciences.fr/fr/Communiques-de-presse/acces-aux-publications.html

Il semble néanmoins que, ces dernières années, le principe d’une ouverture libre et gratuite des résultats de la recherche scientifique ait fini par trouver sa place dans les politiques de recherche des pays européens. Au sein du Ministère de l’ESR, la transformation de la Bibliothèque Scientifique Numérique en Comité pour la Science Ouverte témoigne de ce changement de cap : la politique scientifique ne peut plus se concevoir sans un libre accès généralisé dont la mise en pratique reste néanmoins à mettre en place. La nomination récente de pilotes pour les groupes thématiques du CoSo annonce le travail à venir.

http://www.bibliothequescientifiquenumerique.fr/constitution-du-comite-pour-la-science-ouverte-les-co-pilotes/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s