#TrésorDeBU n°1 – L’histoire d’une page manquante

Le fonds patrimonial de la bibliothèque Lettres et Sciences humaines

Parmi les centaines de milliers de documents que conservent sur ses rayonnages la bibliothèque de Lettres et Sciences humaines, plus de 80 000 d’entre eux constituent par leur ancienneté même le fonds patrimonial. Tous ne sont pas rares ni même précieux mais ils nécessitent des conditions de conservation ainsi qu’une expertise particulière.

Constitués aux fils des décennies, ces fonds ont des origines diverses. D’une part, ils sont issus d’anciennes bibliothèques bordelaises : de la Faculté de Théologie de Bordeaux, supprimée en 1885 ; des bibliothèques de l’Archevêché des Grand et Petit séminaires, des couvents confisqués après 1905 ; du legs de l’Académie nationale des sciences, belles lettres et arts de Bordeaux en 1924, dans lequel on remarque la bibliothèque du Président Jean Bardot (1695-1771) bibliophile et ami de Montesquieu. D’autre part, ils sont également le fruit de donations et d’achats de bibliothèques de bibliophiles, d’érudits et de spécialistes comme Charles Roullet (1769-1847), Gaston Lespiault (1823-1904), Arsène Darmesteter (1846-1888), Édouard Bourciez (1854-1946), Jean-Auguste Brutails (1859-1926), Georges Radet (1859-1941), Antoines Meillet (1866-1936), Georges Cirot (1870-1946), Charles Beaulieux (1872-1954). Les centres d’intérêt et les goûts de ces éminentes figures ont façonné le profil et la qualité de ce fonds.

Prenez de l’altitude avec un #TrésordeBU

Afin de lever le voile sur ces collections et d’attiser votre curiosité, nous vous présenterons régulièrement quelques pépites qui en sont issues. Ces trésors des BU de l’Université Bordeaux Montaigne seront visibles au 2ème étage de la bibliothèque, dans le couloir menant à la salle audiovisuelle.

Actuellement, vous pouvez découvrir l’ouvrage majeur d’un père jésuite italien du XVIIe siècle, Francesco Lana Terzi, scientifique, enseignant et doté d’un indéniable talent d’inventeur. Ce livre, le « Podromo », publié en 1670, est célèbre pour son chapitre « Construire un navire qui se soutienne dans l’air […] », plus connu sous le titre de « barque volante ». Il attirera l’attention de ses contemporains, sera réédité en brochure et se trouvera au centre de nombreuses discussions scientifiques. Lana y formule, en effet pour la première fois l’idée théorique du ballon plus léger que l’air. À ce titre, il est considéré comme un des pionniers de l’aérostation.

A bientôt pour un prochain #TrésorDeBU !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s