#ÀnosIllustres : Élie Vinet, Robert Étienne, Henri Guillemin…

vignette_anosillustres

Tout cet été, en vue d’une rénovation de sa signalétique (à l’avenir, les deux bâtiments principaux se nommeront Rosa Bonheur et Flora Tristan) l’Université Bordeaux Montaigne vous a invité à redécouvrir ses « illustres » (universitaires, enseignants, historiens, humanistes, etc.) qui ont donné leur nom à des amphithéâtres mais aussi à certaines de vos bibliothèques !

Débutons cette petite rétrospective avec ceux dont vos BU portent le nom :

View this post on Instagram

Dernier personnage de la série #Ànosillustres ! Elie Vinet (1509-1587) Humaniste français, philologue, archéologue, traducteur et historien de la Renaissance, recteur de l’université de Bordeaux Elie Vinet est né en 1509 dans le département de la Charente. Après de brillantes études à Angoulême, puis à Poitiers, il obtint le titre de " maître es arts " ; commença alors, comme pour beaucoup de savants de son temps, une vie errante d’enseignant : Barbezieux, puis Paris, Bordeaux, au collège de Guyenne, à Coïmbra au Portugal et de nouveau Bordeaux en tant que recteur de l’université où il termina sa carrière et ses jours en 1587. Élie Vinet est considéré comme le fondateur de l'érudition à Bordeaux. Il s'intéresse au patrimoine romain bordelais et en laissera des reconstitutions qui restent un modèle pour les historiens. L’esprit de la Renaissance se caractérise par une curiosité universelle, qui ne connaît pas encore le cloisonnement des savoirs : ainsi l’œuvre d’Elie Vinet touche le domaine des sciences, celui de l’histoire ancienne, celui des langues anciennes, avec de très nombreuses traductions, notamment d’Ausone et de Catulle. Elie Vinet fut enseignant au collège de Guyenne alors que Michel de Montaigne y débutait ses études. La bibliothèque #UBMontaigne spécialisée en histoire et histoire de l’art de l’Université Bordeaux Montaigne porte son nom. #UBMontaigne #ÀNosIllustres #CampusEnCommun #NotreHistoire #Bordeauxmaville Bio rédigée en collaboration avec les @bubmontaigne Illustration par @ludivio_

A post shared by Université Bordeaux Montaigne (@ubmontaigne) on

Saviez-vous qu’un fonds Georges Cirot est conservé dans vos bibliothèques ? Vous pouvez découvrir certains de ces documents numérisés sur 1886, le site des collections patrimoniales de l’Université Bordeaux Montaigne : http://1886.u-bordeaux-montaigne.fr/collections/show/18.

Terminons avec une mention toute particulière pour Robert Escarpit (1918-2000) qui, s’il n’a pas donné son nom à une des BU de Bordeaux Montaigne, n’en reste pas moins un grand nom des sciences de l’information et de la communication.
À noter dans vos agendas : un colloque international en commémore le centenaire les 20 et 21 septembre 2018 !

View this post on Instagram

#ÀNosillustres avec Robert Escarpit. Bio rédigée en collaboration avec @bubmontaigne Illustrations de @ludivio_ —- Robert Escarpit (1918 -2000) Universitaire, journaliste et écrivain, fondateur de l’IUT Bordeaux Montaigne, président de l’université Bordeaux 3. Robert Escarpit est né le 24 avril 1918 à Saint-Macaire (Gironde). Si le grand public connaît Robert Escarpit pour ses billets publiés de manière quasi-quotidienne dans le Monde pendant une trentaine d’années, c’est le chercheur que l’Université Bordeaux Montaigne connaît le mieux. Au sein de l’université, il a en effet été l’un des acteurs majeurs des sciences de l’information et de la communication, participant activement à « l’école de Bordeaux » qui dominait alors cette discipline. En 1967, il est chargé de créer à Bordeaux le premier IUT du secteur tertiaire consacré à l'apprentissage du journalisme et des Carrières sociales. En 1968, le champ s'élargit, avec l'ouverture de deux options, respectivement en documentation et en communication d'entreprise. Il préside l’université Bordeaux III de 1975 à 1978. Il est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages, partagés entre des essais littéraires ou sociologiques et des romans. Extrait du billet Au jour le jour, de Robert Escarpit paru dans Le Monde le samedi 4 mai 1968, sous le titre La faute à Voltaire ? « Lorsque dans dix ou vingt ans, M. Daniel Cohn-Bendit et ses amis seront doyens, recteurs, ministres ou l’équivalent sous quelque autre nom, je leur souhaite d’affronter la révolte de leurs propres étudiants avec autant de modération qu’on en fait preuve à leur égard, aujourd’hui, à Nanterre. » Le plateau TV de l’IUT Bordeaux Montaigne @iutmontaigne porte son nom #UBMontaigne #ÀNosIllustres #CampusEnCommun #NotreHistoire #Bordeauxmaville

A post shared by Université Bordeaux Montaigne (@ubmontaigne) on

Et pour conclure, il nous fallait bien citer l’illustre Michel de Montaigne !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s