Décembre 2017 : Publier la science au XXIe siècle : alternatives et réflexions pour la bibliodiversité

Tous les mois, les BU de l’Université Bordeaux Montaigne envoient à ses abonnés la « newsletter Open Access » qui revient sur les actualités du libre accès du mois écoulé à travers une courte sélection thématisée avec soin par vos bibliothécaires. Pour être certain de la recevoir directement dans votre boîte mail, abonnez-vous ! : http://eepurl.com/bR0O3H

Décembre 2017 : Publier la science au XXIe siècle : alternatives et réflexions pour la bibliodiversité

L’appel de Jussieu [http://jussieucall.org/index-FR.html], cité dans la précédente newsletter [https://bubdxm.wordpress.com/2017/11/20/novembre-2017-tribunes-et-temoignages-sur-lopen-access/] en appelait à la « bibliodiversité » : comprendre ici la nécessité de diversifier les modèles de la publication scientifique. Mais que trouve-t-on derrière cette notion ? Plusieurs actualités du mois écoulé permettent précisément de poursuivre la réflexion…

En matière de bibliodiversité, deux institutions françaises ont déjà avancé des propositions sous la forme d’interfaces de publication encourageant la création de revues numériques en open access par les chercheurs : ce sont Open Edition, bien sûr, la structure éditoriale du CLEO (UMS 3278), et le CCSD (UMS 6668), en charge de l’archive ouverte HAL, mais aussi d’episciences, plateforme « d’épi-revues », un modèle alternatif de publication scientifique sans éditeur.

Preuve de leur dynamisme, ces deux structures évoluent : la plateforme revues.org change de nom et devient « Open Edition Journals » pour s’accorder à la diversification et l’internationalisation des activités du CLEO vers le livre et le blogging ; quant à Episciences, elle se dote d’un comité de pilotage.

http://openarchiv.hypotheses.org/4341

https://www.ccsd.cnrs.fr/2017/11/un-comite-de-pilotage-pour-episciences/

A côté des plateformes éditoriales, la transformation de la publication scientifique concerne aussi la pratique du peer-review ou relecture par les pairs, principe fondateur de la validation scientifique de la publication. L’initiative « Peer Community in » vise à encourager la création spontanée de comités de validation par champs de recherche, autonomes des revues et éditeurs, qui permettront d’évaluer scientifiquement des pre-prints (articles non publiés) déposés dans des archives ouvertes.

http://openarchiv.hypotheses.org/4350

Et si vous êtes bordelais et souhaitez en savoir plus sur les évolutions du peer-review, l’URFIST de Bordeaux propose en mars une formation sur le sujet :

https://sygefor.reseau-urfist.fr/#!/training/7161/7790

La bibliodiversité est-elle aussi affaire de langue ? Un article du journaliste canadien Jean-François Venne soulève la question de la perte d’impact des publications en français, et des efforts des instances québécoises pour soutenir la publication en langue française.

https://www.affairesuniversitaires.ca/actualites/actualites-article/le-dilemme-des-chercheurs-francophones-publier-en-anglais-ou-perir/

Enfin, pour rester de l’autre côté de l’Atlantique et dans une perspective internationale, on s’intéressera au dossier réalisé par les canadiens francophones de la revue Salons sur les « enjeux de la diffusion savante ». Les auteurs y reviennent sur l’historique de l’édition savante à l’ère numérique et sur l’impact du libre accès sur la consultation des revues.

https://salons.erudit.org/salon/enjeux-de-la-diffusion-savante/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s