Novembre 2017 : Tribunes et témoignages sur l’Open Access

Tous les mois, les BU de l’Université Bordeaux Montaigne envoient à ses abonnés la « newsletter Open Access » qui revient sur les actualités du libre accès du mois écoulé à travers une courte sélection thématisée avec soin par vos bibliothécaires. Pour être certain de la recevoir directement dans votre boîte mail, abonnez-vous ! : http://eepurl.com/bR0O3H

Novembre 2017 : Tribunes et témoignages sur l’Open Access

La fin du mois d’octobre est traditionnellement la période de l’Open Access Week, un évènement international visant à promouvoir le libre accès à la recherche scientifique. Outre des journées d’étude, déclarations et formations, l’Open Access Week est souvent l’occasion de témoignages de la part de chercheurs ou de professionnels de l’information scientifique. Ces tribunes donnent à entendre des voix plus personnelles, proches du terrain, parfois discordantes, souvent instructives. Nous en relayons quelques-unes pour ce mois de novembre.

Quelle question a agité le petit monde du libre accès ces dernières semaines ? Le débat principal du mois d’octobre concerne la future directive sur le droit d’auteur européen, dont plusieurs articles présentent le risque de mettre à mal la libre circulation de l’information scientifique au nom du droit d’auteur, par exemple en introduisant une obligation de garantir a priori la légalité des publications déposés sur des plateformes d’archives ouvertes, ou encore en limitant l’exercice du text mining. On lira pour en savoir plus l’analyse de Frédéric Hélein sur Mediapart :

https://blogs.mediapart.fr/edition/au-coeur-de-la-recherche/article/241017/future-directive-ue-sur-le-droit-d-auteur-chercheurs-entre-espoirs-et-inqui

Il y est notamment question de la privatisation des écrits scientifiques par les maisons d’édition, un frein majeur au libre accès à la recherche scientifique. Sur ce sujet, le blog S.I.Lex traduit et diffuse un texte de Stuart Lawson qui interroge les notions de propriété et de piratage dans le cadre de la publication scientifique.

Repenser la recherche scientifique au-delà de la propriété

Ces réflexions, pour passionnantes qu’elles soient, restent trop souvent cantonnées dans un petit cercle de connaisseurs et de défenseurs du libre accès, déjà convaincus. Alors l’Open Access Week est souvent l’occasion de faire sortir les discussions pour viser une communication plus large auprès de communautés scientifiques de mieux en mieux informées, même si des progrès restent à faire. La lettre d’octobre mensuelle d’Aix-Marseille Université (AMU) consacre près de dix pages aux projets Open Access de l’université.

https://dircom.univ-amu.fr/sites/dircom.univ-amu.fr/files/lettre54.pdf

Et du côté de la région Languedoc-Roussillon, la COMUE a recueilli les témoignages de chercheurs qui expliquent leur utilisation du libre accès au quotidien, et donnent ainsi plus de poids et de consistance à des débats théoriques.

http://ist.agropolis.fr/actualites/item/des-acteurs-de-la-recherche-temoignent-sur-l-open-access

Mieux encore, au-delà de la communauté académique, l’ensemble de la société est concerné par les questions d’accès à la connaissance. La conjonction des paroles à cette période de l’année permet parfois au sujet d’émerger sur des médias non-académiques, comme dans ce court podcast de France Culture qui résume les principaux enjeux en 4 mn et fait entendre les voix de Marin Dacos (Open Edition), Jean-Marc Quilbé (EDP Sciences) Jacques Lafait (UPMC).

https://www.franceculture.fr/emissions/le-choix-de-la-redaction/le-choix-de-la-redaction-jeudi-26-octobre-2017

Terminons par une voix discordante et plus provocatrice sur l’Open Access Week : le chercheur Olivier Ertzscheid, lui-même défenseur d’une science ouverte et adepte sur son blog d’un langage plutôt direct, dénonce une forme d’hypocrisie dans les célébrations, appels, tribunes, et grandes déclarations d’intention, en rappelant que la solution principale aux problèmes soulevés par l’Open Access, l’obligation de dépôt des publications, est connue depuis 25 ans mais trop peu appliquée, ou avec trop de réticence. Comme si 51 semaines de l’année étaient celles de la « science fermée ».

http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2017/10/open-access-week-2017.html

Alors après les discours vient l’action ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s