Fiction contemporaine de langue espagnole et portugaise

Expo 001

La BU Lettres s’est enrichie de près de 150 livres acquis avec l’aide du Centre National du Livre dans le cadre du projet documentaire « Fiction contemporaine de langue espagnole et portugaise ».

La bibliothèque élargit donc son offre de romans, contes et nouvelles contemporains, des années 1980 à nos jours, traduits d’auteurs espagnols, portugais, d’Amérique Latine ou d’Afrique lusophone.

Une exposition au 3ème étage de la bibliothèque, face à la banque de renseignements, se tient en ce mois de janvier et présente quelques uns de ces titres, tous empruntables.

Une sélection renouvelée tout au long du mois vous permettra d’y retrouver des ouvrages d’auteurs

-lauréats du prix Miguel de Cervantes, (attribué à un auteur de langue espagnole pour l’ensemble de son œuvre) tels que : Mario Vargas Llosa, Juan Marsé, Carlos Fuentes, José Jimenez Lozano, Álvaro Mutis, Guillermo Cabrera Infante, Jorge Edwards, Gonzalo Torrente Ballester

-lauréats du prix Camões (qui distingue chaque année un auteur de langue portugaise) tels que : Antonio Lobo Antunes, José Saramago, Mia Couto, João Ubaldo Ribeiro, Lygia Fagundes Telles, Maria Velho da Costa 

mais vous pourrez aussi y découvrir des ouvrages d’auteurs traduits pour la première fois en français.

En voici quelques uns  :Image 1

Plus léger que l’air » de Federico Jeanmaire (auteur argentin)

Une vieille fille âgée de quatre-vingt-treize ans maintient enfermé dans sa salle de bains un adolescent qui a essayé de la voler.

Appelle-moi Brooklyn » d’Eduardo Lago (auteur espagnol) Image 2

Prix Nadal en 2006

Néstor Oliver-Chapman, journaliste new-yorkais, enterre son ami, Gal Ackerman, écrivain torturé et alcoolique notoire, qui n’a jamais réussi à terminer son roman, Brooklyn, éparpillé dans des centaines de notes et de carnets. Il décide alors de le finir à sa place.

« La clé de Smyrne » de Tatiana Salem Levy (auteur brésilienne)

Prix São Paulo Literatura 2008 Image 3

A Rio, une jeune fille d’exilés brésiliens ayant fui au Portugal la dictature, reçoit de son grand-père, selon la tradition juive, la clef de sa vieille maison de Smyrne où il vécut avant d’émigrer. La jeune Carioca s’embarque pour un voyage qui va se transformer en quête mouvementée sur ses origines et son identité .

« Le destin du touriste » de Rui Zink (auteur portugais)Image 4

Quand le voyage se transforme en tourisme et la curiosité de l’autre en voyeurisme de la violence, les pays, en particulier ceux du Sud, deviennent des destinations où on peut assouvir des désirs inavoués ou réaliser des souhaits qu’on n’est pas capables de mettre soi-même en oeuvre.

Bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s