Échanger ?!!

Échange de billes / CC-BY-SA Tup WandersLes échanges entre bibliothèques ont aujourd’hui un parfum de combat d’arrière-garde. Mais nous[1] sommes dans une bibliothèque de recherche –oh refrain bien connu…- et nos us ne peuvent être comparés avec les pratiques des bibliothèques universitaires.

« Notre » rayonnement intellectuel passe non seulement à travers les colloques organisés à la Maison de l’archéologie ou au Musée d’Aquitaine, mais également à travers notre portail web (qui propose un lien vers la bibliothèque), et aussi, bien sûr, à travers les publications des éditions Ausonius

Il nous revient donc, pour partie, de diffuser les écrits, non seulement du chercheur ausonien, mais aussi de tout chercheur retenu par le comité de lecture de nos éditions.

Je vais donc, avant de vous assener quelques chiffres, essayer de vous exposer les joies de la confraternité des bibliothécaires, des échanges courtois et des liens hors facebook et les twits que nous entretenons sans compter (de fait, si ! on compte un peu !!).

Quel est l’intérêt des échanges entre bibliothèques ?

Primo, c’est bien sûr acquérir des documents …. gratuitement ! Le coût horaire de la personne ayant en charge ces échanges – messages d’accompagnement, emballages, conversations téléphoniques – ou même les frais de port ne représentent encore, pour le moment, que des aléas sur la voie élyséenne de la communication.

Secundo, c’est : Voyager virtuellement vers des contrées exotiques telles que Cluj Napoca (Roumanie), Ténérife, Weimar, Le Caire, Ankara ou Naples. Oui, les représentations françaises telles que la Casa de Velazquez à Madrid, les Écoles Françaises de Rome ou d’Athènes sont de grandes institutions, mais que dire des musées de Merida ou Mula en Espagne, d’une UFR de Besançon, ou des petits messages d’amitié depuis Zagreb ? Quelle joie quand les vœux de Noël nous parviennent ! Quelle tristesse quand une bibliothèque universitaire espagnole nous annonce que son service d’édition disparait !

Peut-être envisagerons-nous de faire un classement des plus offrants, des plus polyglottes, des plus originaux quant aux documents envoyés… (cartes postales, feuillets en croate…) !!!

Avec 168 destinations différentes, ce sont les revues qui ont le plus de succès : 82 exemplaires de la Revue des Etudes anciennes, 72 pour Aquitania. Les collections diverses atteignent le record de 143 destinataires différents. En retour, 385 documents (périodiques et monographies confondus) nous sont parvenus en 2012.

Le laboratoire pour le moment poursuit sa politique initiale : on diffuse la revue des Etudes anciennes et Aquitania ainsi que toutes les monographies des collections Scripta Antiqua, Scripta Medievalia, Mémoires, Suppléments d’Aquitania. On a vu la fin de la collection Etudes mais les collections Numismatica anatolica ou DAGSO (Documents archéologiques du Grand Sud-Ouest) vont prendre la relève…

Enfin tout le jugement (!) du bibliothécaire s’exerce dans l’EVALUATION DE l’ECHANGE : il s’agit d’équilibrer les trocs….. il s’agit de tenir à jour un état précis des envois, des réceptions…. De renégocier un échange qui s’est effiloché au fil des années….

Avec ce tableau très impressionniste, peut-être vais-je avoir éveillé des velléités chez certains d’entre vous….. Nous ne refuserons pas un avis !!!!!

  • [1] La bibliothèque Robert Étienne – Ausonius
Les étagères d'échange de la bibliothèque - Photo NC
Les étagères d’échange de la bibliothèque – Photo NC
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s